Je viens juste de terminer mon discours prononçer à l’Hôtel Kinam de Port-au-Prince, Haïti. Le public m’a chaudement applaudi. Je me suis senti bien, chauffé a blanc. J’avais parlé devant plus de 100 participants, y compris le MTPTC (le Ministère des Travaux publics Transport et Communication Haïtien) des ingénieurs, des directeurs de ministères, des partenaires  d’organisation non gouvernementale (ONG) et des médias. Cet événement devait en effet célébrer les réalisations des ingénieurs du MTPTC suite au tremblement de terre de 2010.

Nous avons évalué chaque maison et marqué avec une étiquette verte, jaune ou rouge, et enregistré des informations structurelles et sociales détaillées en utilisant les PDA. Nous avons non seulement procédé à des tâches d’ingénierie, mais nous sommes également devenus des conseillers et des travailleurs sociaux. Les gens ont commencé à retourner dans leurs maisons respectives grace au plan de sécurité etabli, celles étiquetées en vert. La population des camps temporaires a ainsi diminué à 700 000 personnes à la fin de 2010.

Croyez-moi, c’était pénible. Mais en retrospect, c’était une des meilleures décisions que nous ayons jamais prises. Nous avions sélectionné 16 entrepreneurs et leur avions formé dans la technologie et les affaires. Nous avions commandé des matériaux auprès de fournisseurs-Haïtiens locaux.

Seeing children like these and wanting to improve their lives is part of what drives Miyamoto International in its mission to make the world a better place. “I love Haitian kids,” Kit Miyamoto says. “They are so beautiful and friendly, but most have absolutely nothing. Amazing how much my kids have in comparison and sometimes they want more. I am determined to bring them here someday.”